Discours de Mériem Derkaoui pour le lancement de la campagne Uni.e.s pour Aubervilliers le 19 décembe 2019

Cheres Albertivillariennes, Chers Albertivillariens Chers élu-e-s, cher-e-s militant-e—s Cher-e-s ami-e-s, cher-e-s camarades

Je suis heureuse d’être ici pour partager une belle aventure collective au service des Albertivillariennes et Albertivillariens. Elle a débuté en mars dernier lorsque les militantes et militants communistes d’Aubervilliers m’ont désignée à l’unanimité pour mener une liste de rassemblement à gauche.

Je tiens à les remercier pour la confiance qu’elles et ils m’ont accordée afin de poursuivre une politique municipale basée sur des idées de progrès et de justice sociale.

Il s’agit pour moi ce soir de me présenter à vous, de m’exprimer, avec toute la sincérité et la transparence que vous me connaissez, sur mon parcours, mes engagements.

Je souhaite également vous faire partager cette vision que j’entends défendre pour Aubervilliers, ses habitantes et habitants.

Avant cela, permettez-moi de témoigner toute mon amitié à Pascal Beaudet, notre ancien maire et CD.

Nous connaissons son attachement à la ville et sa proximité avec les Albertivillariennes et

Albertivillariens. Il a fait le choix de rester présent et d’être à mes côtés pour me soutenir.

J’en suis très touchée.

Elu maire en 2014, il m’a fait l’honneur de me nommer 1ère adjointe. Ensemble, nous avons mené des actions fortes de sens comme celle de repenser entièrement les rythmes scolaires en concertation avec la communauté éducative.

En janvier 2016, il m’a proposée au vote du conseil municipal afin de lui succéder. J’ai été élue grâce à un score inédit : 41 élus sur 49 dont des membres de l’opposition, ont voté pour moi. J’en ressens encore aujourd’hui fierté et responsabilité.

En évoquant les anciens maires, je me dois de rendre hommage à Jack Ralite qui nous a quittés en novembre 2017.

Jack Ralite a été maire durant 19 ans. Il aura marqué de son empreinte notre ville et sera pour des générations un homme d’Etat attaché à la culture et au respect des banlieues.

Je lui dois énormément car il m’a donné l’opportunité de m’investir dans la vie locale, me désignant son adjointe au sport.

Lorsque j’ai été élue maire, il m’a félicité non sans une certaine émotion. Il a été, avec Jacques Salvator parmi les premiers à pointer le symbole de ce que mon élection représentait.

Celle de la première femme maire de notre ville.

Cela n’a échappé à personne, des femmes maires, il n’y en pas beaucoup. Nous sommes 16% seulement.

Dire cela n’est pas superflu quand on voit les images du grand débat des Maires face au PR ou plus récemment du salon des maires de France. Les femmes sont loin d’être majoritaires. Ce constat s’ajoute forcément à celui qui est fait sur la place des femmes dans notre société. Sur les violences sexistes et sexuelles dont elles sont victimes, sur les inégalités que nous vivons au quotidien, sur le sexisme dans le milieu professionnel et sur le combat à mener pour obtenir l’égalité femme/homme.

Vous le savez, j’ai toujours revendiqué mon féminisme.

Il est indissociable de mon militantisme.

Il se manifeste dans la rue, il se ressent dans des détails comme celui de la féminisation de mes textes aussi bien à l’oral qu’à l’écrit. Il se traduit dans des actions symboliques comme lorsque nous avons inauguré en 2016 une place des femmes à Villette-Quatre Chemins, ou la dénomination des écoles Malala Yousafsai, Vandana Shiva, Frida Kahlo. Les collèges Gisèle Halimi, Miriam Makeba et la fabrique de santé, au Marcreux Madeleine Brès.

J’ai commencé le combat féministe à la faculté de droit.

A ce propos, je voudrais saluer mes amies militantes féministes qui sont présentes ce soir. Nous avons sillonné ensemble la France pour échanger sur les droits des femmes et la démocratie en Algérie.

Et en parlant de l’Algérie.

J’y suis née, j’y ai milité dans un parti communiste interdit, j’y ai travaillé dans une administration publique. Comme tant d’autres, la France et la solidarité d’humanistes m’ont accueillie dans un contexte de guerre menée contre des civils par des intégristes religieux.

Pour autant, je garde un réel attachement à ce grand pays chargé d’histoire qui a forgé mes valeurs et mes convictions internationalistes, engagée dans les mobilisations de soutien des peuples. Je veux saluer les jeunes algériens, chiliens, Hong kongais, les italiens mobilisés pour défendre leurs libertés et la démocratie.

Parce que l’ouverture aux autres est essentielle, je me félicite qu’Aubervilliers ait pu renforcer sa coopération et son amitié avec les villes de Beit Jala en Palestine, Bouzeguène en Algérie, Iéna en Allemagne et Bouly en Mauritanie.

……

Mon histoire personnelle m’a conduit il y a 30 ans en Seine-Saint-Denis, d’abord à Saint-Denis puis à Aubervilliers. J’y ai construit une vie, noué des amitiés, milité dans des associations et évolué professionnellement.

De l’association « Femmes dans la Cité » au Clos St Lazare à Stains, à la direction des affaires internationales au département de la Seine-Saint-Denis, en passant par la direction de la maison de quartier de la Plaine à Saint-Denis ou encore le centre social Georges Brassens du Quartier des Poétes à Pierrefitte, je garde en tête des formidables expériences.

Mon engagement pour Aubervilliers je le ressens aujourd’hui avec autant d’intensité qu’au début de mon mandat.

Ces dernières années, il m’a permis de mener des actions fortes avec de nombreux élu-e-s de l’équipe municipale.

Elles et ils sont présent-e-s ce soir et je voudrais chaleureusement les remercier de leur implication au service de l’intérêt général.

Le mandat qui se termine a été placé sous le signe de la démocratie et de l’implication citoyenne.

Rencontres publiques, conseils de quartier, conseils citoyens, réunions de concertation, votations citoyennes. Nous avons tenus compte de l’avis des Albertivillariennes et les

Albertivillariens sur des projets majeurs. Merci aux habitantes et habitants d’avoir donnéun nouveau souffle au Marché du Montfort, d’avoir dédensifier le futur aménagement du quartier Port Chemin Vert.

Il en est de même pour les rencontres citoyennes Vivre Aubervilliers ! Démarche inédite dans notre ville, elle nous a permis d’engager un nouveau mode de fonctionnement.

Depuis 2016, les Albertivillariennes et Albertivillariens participent non seulement à la définition des grandes orientations municipales (les 24 engagements), mais aussi au suivi de leur mise en œuvre en lien avec les services municipaux et les élu.e.s.,

Plus de 2500 habitantes et habitants y ont participé. Ils se sont investis bénévolement. C’est un témoignage fort de leur confiance en la politique quand elle a pour but de les servir, les protéger, de les respecter comme citoyenne et citoyen à part entière.

C’est aussi une invitation à aller plus loin, à étendre encore le champ de la concertation et à renforcer les pouvoirs des habitant.e.s. Dans les ateliers et rencontre d’appartements, la proposition a été faite de créer un conseil de développement, ou de transition écologique, qui aurait un droit d’interpellation du Conseil municipal.

C’est une piste intéressante qui mérite d’être sérieusement étudiée pour favoriser les liens avec la Municipalité, tout en garantissant son autonomie totale et sa liberté de proposer et de construire.

Je prends l’engagement ce soir de mettre en place cette instance.

En effet, nous avons besoin de personnes ressources dont l’expérience et l’intelligence fera le plus grand bien à la démocratie et au progrès.

Nous avons aussi besoin de les entendre sur les préoccupations d’une grande majorité d’Albertivillariennes et d’Albertivillariens.

Parmi ces sujets, celui du logement.

Garantir le droit au logement, c’est garantir le droit aux habitantes et habitants qui le souhaitent de rester à Aubervilliers. Cela a été la priorité du mandat qui s’achève. Vous le

comprenez bien : ce sera la priorité du prochain. Que chacune et chacun se sente chez lui, faisant de notre ville, ainsi que je l’ai déclarée lors des RC, un bien commun.

Nous continuerons de maîtriser les prix des terrains et nous mettrons en place l’encadrement des loyers pour éviter la spéculation. C’est vital pour qu’Aubervilliers reste une ville accueillante, ouverte à toutes et tous.

Bien sûr, nous ne pouvons pas faire face seuls à la spéculation qui frappe notre Région et exclut les classes moyennes et populaires des centres urbains.

Nous pouvons compter sur nos député-e-s pour qu’elles et ils proposent, amendent, pour nous épauler dans nos luttes.

Je salue d’ailleurs le travail du député PCF Stéphane Peu qui n’a pas ménagé ses efforts pour protéger le logement social et lutter contre l’habitat indigne. On lui doit notamment l’inscription dans la loi ELAN du permis de louer que nous avons mis en place en janvier 2019 et qui commence d’ailleurs à porter ses fruits. X

A l’heure où le Premier ministre parle de renforcer le département de la Seine-Saint-Denis de 10 inspecteurs de salubrité, à Aubervilliers seulement il en faudrait 10 pour lutter

contre les marchands de sommeil.

Je veux que les Albertivillariennes et Albertivillariens sachent qu’à chacune de nos actions en faveur du logement, les élu-e-s de droite se sont opposé-e-s avec détermination, notamment au Conseil régional d’Ile-de-France en votant en 2016 un dispositif mal nommé « Anti ghetto ». Il vise à limiter encore davantage la construction des logements publics.

Les demandeurs de logement qui attendent depuis si longtemps apprécieront…

Vous le savez, les villes dirigées par la droite, notamment celles des Hauts-de-Seine font délibérément le choix de violer la loi SRU en ne respectant pas les 25% de logements sociaux obligatoires.

Au 1er janvier 2020, notre population sera estimée à 90 700 habitants.

Parmi eux, nous comptons près de 10 000 enfants scolarisés. Nous sommes fiers qu’ils puissent s’épanouir dans nos nombreuses crèches, apprendre dans nos écoles, évoluer dans des établissements neufs. 3 nouvelles écoles, deux nouveaux collèges et un groupe scolaire centre de loisirs au Landy en 2021.

Nous nous félicitons qu’ils puissent avoir accès aux loisirs, aux activités culturelles et sportives.

A ce propos, nous sommes fiers d’avoir ouvert une structure innovante : la première école municipale des sports.

Grâce à la réforme du quotient familial, les familles ont vu leurs tarifs diminués pour accéder à ces activités et à la restauration scolaire.

Il s’agit de favoriser l’accès aux vacances. De placer la culture et le sport au cœur des parcours éducatifs pour que les jeunes puissent arriver au bout de leur scolarité avec les mêmes droits que celles et ceux qui vivent dans d’autres départements.

La Seine-Saint-Denis et Aubervilliers, sont stigmatisées.

Toutes les études et rapports le prouvent. C’est pour cette raison qu’ avec d’autres maires, nous avons décidé de porter plainte contre l’Etat.

Nous le faisons aussi pour donner les vrais moyens aux services municipaux qui souffrent des politiques d’austérité mis en place par les gouvernements successifs.

Au moment où Emmanuel Macron et Edouard Phillipe confirment vouloir supprimer les postes de fonctionnaires, nous sommes déterminés à les protéger en améliorant leurs conditions de travail.

Protéger la fonction publique, c’est permettre à des agents de catégorie C qui évoluent dans la collectivité depuis de nombreuses années d’être titularisés, 80 !

C’est aussi protéger leur pouvoir d’achat, avec la mise en place prochainement de tickets restaurants.

Grâce à notre politique municipale tournée vers l’égalité et la justice sociale, nous offrons aux jeunes de notre ville des parcours de réussite.

Et nous devrons aller encore plus loin en renforçant nos politiques de jeunesse. Nous devons mieux accompagner vers les stages, l’alternance, le premier emploi. Nous devons redonner confiance à celles et ceux qui l’ont perdu pour qu’ils exercent leurs droits et révèlent leurs nombreux talents.

Nous devrons toutes et tous être solidaires de leurs luttes contre Parcoursup et la réforme du bac, car c’est l’avenir de notre ville et du pays qui sont en jeu.

Préparer un meilleur avenir pour les plus jeunes, c’est aussi agir contre le réchauffement climatique. Nous l’avons vu lors des marches pour le climat, dans lesquels ils étaient extrêmement nombreux.

Notre ville s’est engagée dans la transition écologique car c’est maintenant qu’il faut agir pour être à la hauteur des enjeux de demain.

Durant le prochain mandat, de premiers quartiers commenceront à être connectés au réseau de chaleur auquel nous avons adhéré. C’est un pas important pour réduire la production d’énergies fossiles et pour réduire la facture à la fin du mois. Preuve pour ceux qui pouvaient en douter, l’écologie peut rimer avec droits sociaux.

Nous avons voté un Plan Local d’Urbanisme intercommunal qui, pour réduire la densité, réserve une grande place aux espaces verts et protège le secteur pavillonnaire.

Nous avons mené de grands projets de végétalisation de la ville comme l’aménagement des berges du Canal, la création d’une coulée verte de plusieurs centaines d’arbres (plus de 500 ont été plantés), de deux mini-forêts en cœur de ville ou encore la préservation de la prairie de la Maladrerie.

Nous avons développé l’agriculture urbaine et mis en culture les terres de la commune à Piscop.

En   développant    les   circuits    courts,   nous   pourrons   favoriser    l’accès   à   une

alimentation saine et bio pour le plus grand nombre. De nombreuses associationsœuvrent déjà dans ce domaine et je voudrais saluer notamment les projets menés par la Pépinière à la ferme Mazier, et la semeuse aux Laboratoires d Aubervilliers.

Parce que je souhaite que les enfants de la ville soient les premiers à en bénéficier, j’ai demandé une étude pour réaliser une cuisine centrale.

Nous pouvons être fiers de notre bilan, mais nous devons pour aller plus loin, déclarer l’état d’urgence écologique de notre commune.

Du fait de notre adhésion à la Zone à Faible Emission (ZFE), nous allons accélérer le développement des mobilités douces.

Vous le savez, nous nous sommes engagés pour limiter l’usage des voitures polluantes. Cela vaut des critiques notamment de la part des défenseurs inconditionnels de la voiture et de la droite qui s’opposent à son application.

Pourtant des alternatives existent.

Nous avons financé l’installation d’une dizaine de stations vélib et nous continuerons à coopérer avec le syndicat Velib pour en implanter de nouvelles. Nous avons, avec Plaine Commune, mis en place un plan vélo et commençons à installer des arceaux devant les écoles, commerces et bâtiments publics. Nous devons aussi inciter à la marche, peut-être aussi envisager la piétonisation du centre-ville ce qui contribuerait à redynamiser le commerce. Enfin, l’arrivée du métro en Centre-ville, le renforcement des fréquences des bus devront permettre de diminuer l’usage de la voiture. Et exclure les camions et autres semiremorques des voies de notre ville.

Entre ce que nous avons fait et ce que nous allons engager, il y aura de la continuité. X Nous avons tenu de nombreuses réunions publiques, réunions d’appartement, dans des cafés. Plusieurs centaines de personnes y ont participé. C’est grâce à cette forte mobilisation que nous construirons le projet de toutes les Albertivillariennes et Albertivillariens.

J’en profite pour remercier celles et ceux qui vont écrire collectivement ce projet au sein d’un comité de rédaction ouvert à toutes celles et tous ceux qui souhaitent apporter leurs idées.

Mesdames et messieurs, chers camarades, chers amis.

Je suis ici ce soir pour que la dynamique d’Aubervilliers se poursuive en s’appuyant sur un socle solide. Celui de la confiance que m’ont accordé les communistes, les écologiques et les radicaux d’Aubervilliers.

Vous venez d’assister à ce qui ressemble déjà à un large rassemblement, il va bien au delà des familles politiques, des personnalités ainsi que des Albertivillariennes et albertivillariens attachés aux valeurs de gauche et d’émancipation humaine.

Venez nous rejoindre !

Ma candidature je la présente dans un esprit de construction commune. Je crois à l’union de toutes celles et ceux qui veulent avancer dans le sens de l’intérêt général, loin de tout clientélisme, démagogie, ou populisme.

Je souhaite que cette campagne électorale qui s’ouvre soit digne, respectueuse des libertés d’expression et de la démocratie. A Aubervilliers nous avons toujours su discuter et échanger. Je me félicite de ce climat de fin de mandat et de début de campagne apaisé. Nous le devons à nos concitoyennes et ens.

Pour gérer une ville comme la nôtre et dans ce climat social de luttes et de grève, il faut continuer à avoir les épaules solides et des soutiens. X

Je n’en manque pas.

Tous les jours des habitantes et habitants m’encouragent. Je les remercie de leur compréhension, de leur chaleur humaine, de leur sourire ou parfois simplement de leur salut.

Je suis Fière de mon combat contre le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme, l’homophobie. Oui l’extrême droite est un ennemi et je ne baisserai jamais la garde pour empêcher que se répandent ses idées de haine et de rejet de l’autre.

Je continuerai à être toujours indignée par les injustices sociales et les souffrances

humaines.

Pour faire face, nous avons besoin de rester uni-e-s et solidaire.

Nous avons besoin d’une participation forte basée sur l’écoute, le dialogue, le partage.

La présence ce soir de militantes et militants associatifs, de sportives et sportifs, de femmes et d’hommes politiques, de citoyennes et citoyens, de personnalités du monde de la culture, préfigure un grand rassemblement et c’est au cœur de ma candidature.

Je voudrais sincèrement remercier les intervenantes et intervenants pour leurs mots ce soir.

Depuis plusieurs mois, les militantes et les militants, beaucoup de communistes mais aussi des femmes et des hommes qui n’ont pas leur temps pour aller à votre rencontre et vous inviter à participer aux ateliers et initiatives destinées à construire collectivement.

Elles et ils ont frappé à des milliers de portes. Presque partout, l’accueil a été bon voire même chaleureux. Elles et ils ont aussi distribué des milliers de tracts et collé des centaines d’affiches. Je tiens à les en remercier chaleureusement.

Vous êtes nombreuses et nombreux à me témoigner votre soutien. C’est un honneur pour moi.

Vous l’avez compris, j’ai besoin de la volonté de tout le monde pour écrire une nouvelle page à Aubervilliers dont nous serons toutes et tous fiers

Il nous reste quelques semaines pour mobiliser nos forces et emporter leur conviction.

Je serai digne de votre confiance.

Pour cela, vous pouvez compter sur ma détermination.